Les Études Helvétiques à l'UHAD.U.E.H., Diplôme Universitaire d’Études HelvétiquesComment s'inscrire et obtenir le DU ?Les cours du Diplôme universitaireValorisation des mémoires du D.U.E.H.Nos activitésCycle de conférences et lecturesJournées d'étude et colloquesPublicationsPrix « Mulhouse lit la Suisse plurilingue »Les fonds libraires : Perrochon et Suisse romande Projets de recherche Les Prix de l’APEFS Nos partenairesContacts

Les Études Helvétiques à l’UHA

Les Études Helvétiques visent à promouvoir et approfondir la connaissance de la littérature et de la culture d’un pays profondément lié à la région Alsace (et Grand Est) par l’histoire, la géographie, les arts et l’économie. Rappelons à ce titre que Mulhouse conclut même une alliance, le 19 janvier 1515, avec tous les cantons suisses (Confédération des XIII Cantons : Zurich, Berne, Lucerne, Uri, Schwitz, Unterwalden, Zug, Glaris, Bâle, Fribourg, Soleure, Schaffhouse, Appenzell).

Les Études Helvétiques à l’UHA se déclinent en :

  • un Diplôme Universitaire en Études Helvétiques (DUEH) ;
  • une série d’activités culturelles et de recherche :
    • un cycle de conférences et lectures suisses
    • des journées d’étude et des colloques
    • des publications
    • un prix annuel « Mulhouse lit la Suisse plurilingue »
    • la constitution et la valorisation de fonds libraires spécifiques (tels que le fonds de la Littérature Suisse romande et le Fonds Perrochon, en collaboration avec le SCD)
    • un axe de recherche au sein de l’ILLE (Institut de recherche en langues et littératures européennes, EA 4363) intéressé prioritairement à l’horizon helvétique et qui encadre des doctorants dans ce domaine

D.U.E.H.: Le Diplôme Universitaire en Études Helvétiques

Créé en 1998 à l’Université de Haute-Alsace, avec le soutien du Consulat de Suisse, de l’Association pour la promotion des études et échanges franco-suisses (APEFS) et de la fondation ProHelvetia, ce DU en Études helvétiques, option littérature, culture et société de la Faculté de lettres, langues et sciences humaines, a pour objet de promouvoir et d’approfondir la connaissance de la Suisse à travers l’étude de sa littérature, de sa culture et de sa société.

De quoi s’agit-il ?

Le Diplôme Universitaire en Études helvétiques est un diplôme délivré par l’université (vs. les diplômes ministériels, tels que la Licence ou le Master).

Il est le seul dans son genre en France et il peut être un véritable atout pour l’originalité d’une carrière ou d’un curriculum vitae.

Le DUEH peut être obtenu en suivant les cours et/ou les activités parallèlement aux études ou indépendamment des études — par exemple après une licence ou un master, ou si on est déjà dans le monde du travail et on souhaite un approfondissement culturel assorti d’un diplôme.

Si vous avez des questions, le mieux c’est contacter la responsable de la formation, Tania Collani (tania.collani@uha.fr).

Les quatre atouts du DUEH

  1. Originalité : le diplôme existe uniquement à l’UHA de Mulhouse.
  2. CV : vous obtenez un diplôme universitaire en même temps que votre licence, en suivant un cours par an pouvant occuper le créneau de votre UE libre ou découverte.
  3. Professionnalisation : C’est une carte de visite pour travailler en Suisse avec les humanités.
  4. Culture et travail : un réseau culturel d’échange et promotion

Comment procéder pour acquérir ce DU ?

Les étudiant(e)s qui désirent approfondir leurs connaissances dans le domaine de la littérature suisse d’expression française peuvent s’inscrire au DUEH (diplôme d’université en Études helvétiques). Il leur sera possible de faire valider chaque « option » non seulement en tant qu’« option » (FLSH et/UHA), mais également en tant que fraction du DU en question.

Ce DU peut être combiné avec le cursus habituel de licence (L1, 2, et 3). Il est accessible à tout étudiant selon les conditions d’admission à une licence de lettres, langues, LEA, histoire, siences économiques ou discipline assimilée.

Par ailleurs, les Études helvétiques organisent un cycle de conférences annuel dont l’entrée est libre.

Les étudiants qui sont empêchés d’y assister peuvent adresser un courriel à la responsable de la filière DUEH, qui répondra à leurs questions.

 

Comment s’inscrire et obtenir le DU ?

Les étudiant(e)s en Licence (tout type de Licence est possible : Lettres, Allemand, Anglais, LEA, Histoire, etc.) intéressés au DUEH, peuvent suivre les cours et les activités pendant les 3 années de Licence, en signalant leur intérêt pour le dispositif à la responsable du DU, Tania Collani (tania.collani@uha.fr). En troisième année, les étudiants s’inscrivent administrativement au DUEH (après accord de la responsable pédagogique), en moyennant des frais d’inscription de 90 euros auprès de la scolarité centrale de l’UHA (contact : stephanie.fumar@uha.fr). Une soutenance d’un mémoire d’une trentaine de pages est demandée pour obtenir le DU ; cette soutenance doit être organisée avant le mois de février de l’année qui suit l’inscription administrative (ex. si l’inscription en DU est faite au titre de l’année universitaire 2017-18, une soutenance sera possible jusqu’au mois de février 2019).

Les étudiant(e)s en Master ou Doctorat intéressés au DUEH signalent leur intérêt à la responsable du DU, Tania Collani (tania.collani@uha.fr). Ils conviendront avec elle un parcours personnalisé. Les étudiants s’inscrivent administrativement au DUEH (après accord de la responsable pédagogique), en moyennant des frais d’inscription de 90 euros auprès de la scolarité centrale de l’UHA (contact : stephanie.fumar@uha.fr). Une soutenance d’un mémoire d’une trentaine de pages est demandée pour obtenir le DU ; cette soutenance doit être organisée avant le mois de février de l’année qui suit l’inscription administrative (ex. si l’inscription en DU est faite au titre de l’année universitaire 2017-18, une soutenance sera possible jusqu’au mois de février 2019).

Les cours du Diplôme universitaire

Les cours du DUEH sont ouverts à tous les étudiants inscrits à l’UHA au titre d’une Licence, Master ou Doctorat. Les cours font partie de l’offre des UE libres de l’Université de Haute-Alsace et ils sont également ouverts aux auditeurs libres et aux étudiants Erasmus. Les cours spécifiques du diplôme sont les suivants :

  • Deux heures de cours par semaine sont consacrées à la Littérature suisse (les étudiants inscrits en Licence peuvent suivre ces cours en L1 ou L2).
  • Une heure/semaine à la Littérature francophone (les étudiants en Licence Lettres suivent ce cours en L3).

Les activités culturelles organisées tout au long de l’année font partie intégrante de la formation pédagogique du DU.

Valorisation des mémoires du D.U.E.H.

Dans ces années plusieurs mémoires ont été soutenus à l’Université de Haute-Alsace. En voici quelques exemples :

  • Alessandra Ballotti, Teresa Bontempi, tra autobiografismo e irredentismo (2018)
  • Inkar Kuramayeva, De la chasse et du féminin : le cas de L’Embrasure de Douna Loup (2018)
  • Giovanni Arcuri, La communication dans Les grandes ondes (à l’ouest), un film de Lionel Baier
  • Naomi Di Giovanni, À la recherche de l’identité – autobiographie/autofiction dans Cabinet portrait, par Jean-Luc Benoziglio (2017)
  • Nicol Fantappié, La Voie cruelle, un voyage en Orient d’Ella Maillart (2017)
  • Ines Gitzoller, Invite à la Rêverie de Charles-Albert Cingria. Traduction vers l’italien et commentaire (2017)
  • Gloria Melli, « Le monstre, une parodie inédite ». Traduction de la pièce théâtrale Le Monstre, par Agota Kristof (2017)
  • Caroline Werlé, L’enfance dans L’Enfant triste de Michel Campiche (2016)
  • Kabiné Diane, La figure du père dans L’Ogre de Jacques Chessex (2015)

Les étudiants souhaitant valoriser leurs mémoires disposent désormais d’un véritable outil qui les introduit dans le monde de la recherche, la plateforme Dialogues mulhousiens (http://dialogues.hypotheses.org/, ISSN 2496 — 0004). Chaque année, la rédaction choisit et retravaille avec les étudiants des mémoires retenus pour leur qualité et en fait une publication annuelle dans le cadre de sa série « Études helvétiques ».

Nos activités

La force des Études Helvétiques à l’UHA consiste dans sa prédisposition à organiser des événements capables de relier le monde de la recherche universitaire avec celui de la société civile. Fortes de l’expérience fédératrice d’enseignants-chercheurs comme Peter-André Bloch, Michel Faure, Peter Schnyder, Régine Battiston, Tania Collani et Martina Della Casa, les Études Helvétiques ont réussi à maintenir leur attractivité, en puisant sur l’originalité du sujet et en encourageant des recherches dans le sens de la littérature de la Confédération helvétique.

Cycle de conférences et lectures

Les Études helvétiques proposent un cycle de conférences annuelles ouvert à tous les étudiants et auditeurs intéressés.

Ce cycle de conférences, public et gratuit, s’adresse à toute personne intéressée par la Suisse, étudiants ou non, et soucieuse d’encourager, à partir de l’Alsace, une réflexion et un échange d’idées avec ce pays à la fois proche — géographiquement — et difficile à cerner — les cantons, les structures régionales, le multilinguisme, les dialectes, etc.

Les conférences sont destinées à mettre en route et à approfondir une réflexion critique dans le domaine de la culture, de l’histoire, de la littérature, des arts, de la politique et de l’économie. Elles doivent, en outre, contribuer à corriger de vieux clichés.

De nombreuses personnalités, des écrivains, des poètes, des universitaires, des chercheurs, des hauts fonctionnaires ou des industriels, proposeront une pensée comparative, porteuse d’avenir pour l’UHA, Mulhouse et la Regio.

 

Découvrez le programme des conférences 2017-2018


Téléchargez le programme complet des conférences 2017-2018
Les conférences ont lieu, là où non précisé différemment, à la Bibliothèque Municipale de Mulhouse à 18h30. Entrée libre.

11 avril 2018. Rencontre avec Bruno PELLEGRINO

14 mars 2018. Rencontre avec Alberto NESSI

14 février 2018. Rencontre avec Alex BALADI

13 décembre 2017. Rencontre avec Aude SEIGNE

8 novembre 2017. Rencontre avec Alex CAPUS

27 septembre 2017. Rencontre avec Lukas BÄRFUSS

Journées d’étude et colloques

Les Études helvétiques organisent chaque année une ou plusieurs journées d’étude qui rassemblent auteurs, poètes et universitaires. Ces rencontres sont ainsi l’occasion d’études et de réflexions qui se poursuivent généralement par la publication d’actes et de volumes.

Rythmes, voix, et mouvances poétiques en Suisse romande

Mulhouse, 5-6 octobre 2016
Deuxième volet d’entretiens et lectures, à la Bibliothèque municipale de Mulhouse, qui a vu la participation de cinq poètes et slameurs de la Suisse romande : Laurent Cennamo, Sylvianne Dupuis, Narcisse, Pierre Voélin et Mary-Laure Zoss.
Programme
Livret

 

 

 

 

 

Langues et espaces poétiques en Suisse italienne

Mulhouse, 16 septembre 2015
Des spécialistes de littérature et traduction de l’Université de Haute-Alsace dialoguent avec six poètes de la Suisse italienne : Fabiano Alborghetti, Yari Bernasconi, Alberto Nessi, Pierre Lepori, Dubravko Pušek et Anna Ruchat. La journée de lectures bilingues et d’interviews en français s’est déroulée à la Bibliothèque Municipale de Mulhouse.
Programme
Livret

 

 

 

 

Ombre et Lumières dans la poésie romande et belge du XXe siècle

Mulhouse, 25-28 mai 2005
Programme

Visions de la Suisse. À la recherche d’une identité. Projets et rejets

Mulhouse, 27-29 mars 2004
Programme

Les Chemins de Gustave Roud

Organisé par le CREL à Mulhouse, les 27-29 mars 2003.
Programme

La Suisse — une idylle ?

Organisé par le CREL à Mulhouse, les 25-28 mai 2001.

 

Attraversare le parole. La poesia nella Svizzera italiana: dialoghi e letture

Attraversare le parole. La poesia nella Svizzera italiana: dialoghi e letture

Volume issu de la Journée d’étude et de lectures « Langues et espaces poétiques en Suisse italienne », organisée à Mulhouse, en septembre 2015.
Tania Collani et Martina Della Casa (éds.)
Società Editrice Fiorentina
Coll. « Ungarettiana »
2017, 176 p.
ISBN : 9788860324146

 

Quatrième de couverture :

« Scrivere in Svizzera significa, in primo luogo, misurarsi con un tipo di alterità e varietà che non è solo linguistica ma anche sociale e culturale; in secondo luogo, vuol dire assumere quell’alterità come parte della propria identità, non affermata e rivendicata come insegna o “etichetta”, ma più spesso discussa, negoziata, straniata. Quest’oggettività è forse uno dei tratti comuni alla maggiore poesia nella Svizzera italiana, quasi inscritto nel suo patrimonio genetico novecentesco ». Nella sua prefazione, Niccolò Scaffai dipinge un quadro rappresentativo della possibilità di parlare della «particolarità» svizzera di una certa poesia contemporanea. Oggetto di grande apprezzamento, letture e studi negli ultimi anni, la poesia ticinese del Ventunesimo secolo è allo stesso tempo erede e testimone di una via aperta e legittimata da esponenti quali Francesco Chiesa, Giuseppe Zoppi, Giorgio Orelli, Fabio Pusterla e Alberto Nessi. Oggi, una volta superato il bisogno di definire la propria identità dall’interno, il bacino della creazione elvetica si è allargato, diventando un vero e proprio crocevia di incontri, voci e culture: con Alberto Nessi stesso e con Dubravko Pušek, Anna Ruchat, Fabiano Alborghetti, Pierre Lepori, Yari Bernasconi, i lettori sono invitati a osservare la realtà, tanto interiore quanto esteriore, con uno sguardo nuovo, con il piglio dell’esploratore, del viaggiatore, ma anche attraverso gli occhi e l’esperienza dell’emigrante. Una poesia vitale e ricca, che il volume Attraversare le parole. La poesia nella Svizzera italiana: dialoghi e letture cerca di rendere in tutte le sue mutevoli sfaccettature.

Max Frisch/Ludwig Hohl, Europe

Max Frisch/Ludwig Hohl, Europe, n° 1029-1030 – janv / fév 2015

Partie sur Max Frisch dirigée par Régine Battiston

Né à Zurich où il exerça d’abord comme architecte, Max Frisch (1911-1991) est l’une des figures majeures de la littérature allemande de l’après-guerre. Ses romans, ses pièces de théâtre et son journal ont été traduits dans le monde entier. Marquée à ses débuts par Brecht et l’existentialisme, son œuvre explore des thèmes liés à la crise des sociétés modernes et à la difficulté des êtres à comprendre le monde et l’existence. Max Frisch est un écrivain dont les mots ont le pouvoir d’être infiniment tangibles et palpables. Il n’est pas jusqu’à son ironie qui ne soit une façon de tenir l’esprit en alerte. « Pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles », avait-il écrit dans Monsieur Bonhomme et les incendiaires.

Ludwig Hohl (1904-1980) a longtemps passé pour « un écrivain pour écrivains », mais aussi pour l’enfant terrible de la littérature helvétique. Sa vie fut entourée d’une aura de légende. Dans les années soixante, un culte du génie méconnu naquit autour de cet auteur et de son existence d’artiste marquée par les privations et la précarité. Les Notes ou De la réconciliation non prématurée, volume de plus de mille pages, sont considérées comme un chef-d’œuvre de ce penseur excentrique, de cet écrivain rare et exigeant qui fut admiré par des auteurs de l’envergure de Max Frisch, Elias Canetti, Friedrich Dürrenmatt ou encore Peter Handke.

Visions de la Suisse

Visions de la Suisse. A la recherche d’une identité. Projet et rejets.

 

Actes du colloque international organisé par le CREL
à Mulhouse, en mars 2004.
Peter Schnyder dir.
Presses Universitaires de Strasbourg
Coll. « Helvetica »
2005, 500 p.
ISBN : 2-86820-191-1
Prix : 28 €

 

Quatrième de couverture :

Parmi les pays européens, La Suisse a toujours été – et reste – un « cas spécial » (ein Sonderfall). Son identité, donc l’identification qu’elle propose ou revendique, reste complexe et a toujours été à l’origine de clichés faciles. Au-delà des lieux communs, cet ouvrage invite à une nouvelle réflexion concernant ces questions, proposée par des spécialistes suisses et étrangers.

La littérature peut, sous ce rapport, aider les Suisses (et pas seulement eux) à reformuler, par les différentes visions qu’elle propose, la notion souvent ambiguë d’identité et d’identification.

Les Chemins de Gustave Roud

Les Chemins de Gustave Roud

Actes du colloque international organisé par le CREL
à Mulhouse, les 21 et 22 mars 2002.
Avec des textes inédits de Gustave Roud et Pierre-Alain Tâche.
Presses Universitaires de Strasbourg,
Coll. « Europes Littéraires »
Peter Schnyder dir., 2004, 369 p.
ISBN : 2-86820-258-6
Prix : 28 €

 

 

Quatrième de couverture :

Gustave Roud (1897-1976) est une des grandes voix de la poésie romande, l’équivalent de ce que Charles-Ferdinand Ramuz a été pour le roman. A ses textes en prose, d’Adieu à Requiem, de l’Essai pour un paradis à Air de la solitude ou Campagne perdue, s’ajoute une oeuvre de traducteur remarquable par sa qualité (Hölderlin, Novalis, Rilke, Trakl). Roud a influencé bien des poètes romands : Anne Perrier, Maurice Chappaz, Jacques Chessex, Philippe Jaccottet et Pierre-Alain Tâche qui donne dans cet ouvrage, un témoignage inédit : « Visites d’un jeune poète à Gustave Roud », complétés par des extraits du Journal inédit de Roud.

Le mérite de Gustave Roud tient à une transposition poétique perpendiculaire au moment vécu. Elle se fait par le recours à une langue mélodieuse, charnelle, tendue vers un équilibre phonétique aux contours arrondis, mais traversée de tensions extrêmes, de brisures, de constantes mise en question.

Au travers des approches variées, signées des meilleurs spécialistes de Roud et de plusieurs jeunes chercheurs – français et suisses –, le présent volume montre en quoi ce poète, enraciné dans sa campagne vaudoise (que le promeneur impénitent ne cesse d’évoquer avec finesse et tendresse), dépasse le chant de sa terre et de son pays, pour rejoindre les grandes voix poétiques de tous temps.

La Suisse - Une idylle ?

La Suisse – une idylle ? / Die Schweiz – eine Idylle ?

Festschrift für Peter André Bloch Textes réunis par Peter Schnyder et Philippe Wellnitz 2002.
Presses Universitaires de Strasbourg
Coll. « Helvetica »
Peter Schnyder et Philippe Wellnitz dir.
2002, 336 p.
ISBN : 2-86820-191-1
Prix : 25 €

 

 

Quatrième de couverture :

Où en est l’idylle aujourd’hui ? Le présent ouvrage essaie de fournir quelques réponses, non pas dans l’approche, classique, qui étudie l’idylle en tant que genre littéraire, mais à travers un examen historique et thématique de nombreux textes littéraires, notamment d’auteurs suisses, qui n’ont eu de cesse de dénoncer une réduction à la fois faile, mais tenace : La Suisse – une idylle ?

Max Frisch romancier. Son évolution de « Mein Name sei Gentenbein » à « Der Mensch erscheint im Holozän »

Max Frisch romancier. Son évolution de « Mein Name sei Gentenbein » à « Der Mensch erscheint im Holozän »

Monographie par Régine Battiston, Peter Lang, 1999.
ISBN : 9783906763545

Quatrième de couverture :

Cet ouvrage s’est fixé comme tâche l’étude de l’œuvre romanesque tardive de Max Frisch, en se concentrant sur Mein Name sei Gantenbein, Montauk, et Der Mensch erscheint im Holozän. Il cherche à dégager l’évolution de l’écrivain de sa technique narrative tout comme de sa conception du monde, à analyser la recherche d’une identité et surtout la manière dont cette recherche est menée. De par leurs thèmes, les trois œuvres sont très différentes. Mein Name sei Gantenbein (1964) est un roman où la technique narrative et le jeu de personnages fictifs priment. Dans Montauk (1975), au contraire, l’auteur dévoile des bribes de sa vie privée, alors que dans Der Mensch erscheint im Holozän (1979), le lecteur assiste à la disparition progressive de la mémoire d’un homme.

L’ouvrage suit un plan chronologique et thématique — le développement comportant des analyses de la structure narrative et psychologique — des relations entre l’œuvre et la biographie, en s’appuyant sur une documentation puisée au Max-Frisch-Archiv de Zurich. L’abondante bibliographie critique témoigne de cette information.

 

Prix « Mulhouse lit la Suisse plurilingue »

Le projet de constitution du Prix « Mulhouse lit la Suisse plurilingue » démarrera pendant l’année universitaire 2018-2019 et vise à consolider le réseau de collaboration avec des maisons d’édition et des institutions culturelles suisses. Pendant le premier semestre, les étudiants de la FLSH qui participent au cours de Littérature Suisse, ou tout autre étudiant souhaitant participer à l’initiative, travailleront sur des romans d’auteurs suisses publiés dans l’année en cours et écrits dans une des langues officielles de la confédération. Avant la fin du semestre, à travers un travail collectif fait en cours et dirigé par l’enseignant, les étudiants choisiront parmi ces auteurs celui auquel ils souhaitent attribuer le prix. Le Prix sera décerné au début de l’année suivante dans le cadre du Cycle de conférences helvétiques. Après une soirée de présentation de l’auteur, avec des lectures et entretiens, les étudiants et les auteurs seront les protagonistes.

Afin de valoriser les activités de formation et de recherche qui se font dans le cadre des Études Helvétiques de notre université, l’équipe des Études Helvétiques travaille en collaboration avec le SCD sur deux projets :

Fonds Perrochon

Qui était Henri Perrochon (1899-1990) ? Président de l’Association vaudoise des écrivains (1945-1969). Prix des écrivains vaudois en 1970. Critique littéraire, historien suisse, écrivain romand, Perrochon reçoit énormément d’ouvrages en raison de son statut de critique littéraire, mais aussi grâce à un réseau d’amitiés littéraires très étendu ; la quantité des livres reçus était telle, que certains des volumes qui constituent le don ne furent même pas massicotés. En regardant les ouvrages contenus dans le fonds, on peut remarquer que Perrochon suit fidèlement certains auteurs et amis. Préfacier de nombreux ouvrages comme l’Histoire de la dame en rose de René Burnand et La Suisse et ses illustres visiteurs de Maurice Métral (1963), Henri Perrochon publie, quant à lui, trois ouvrages présents dans le fonds : Évasion dans le passé romand (1941), Sur nos chemins (1944), Esquisses et découvertes (1971).

Une longue histoire. L’histoire du don Perrochon remonte à 2002, sur une initiative de Mme le professeur Doris Jakubec, qui dirigeait à l’époque le Centre de Recherches sur les Lettres romandes. Pour parcourir les étapes du legs en quelques dates, on rappellera que le 19 octobre 2002 une remise officielle fut organisée sur le Campus de l’UHA et que le 9 novembre 2002 une Journée suisse, toujours organisée sur le Campus de l’UHA, fêta l’évènement. À cette occasion, le professeur Doris Jakubec tint une conférence en présence du Président Guy Schultz, du Doyen Luigi de Poli, du Consul général Teuscher, du Doyen Robert Kopp et des professeurs Peter André Bloch, Michel Faure et Peter Schnyder.

Les ouvrages donnés à l’UHA sont restés quelques années stockés à l’Essaim (maintenant Ensisa). Un premier tri avait été effectué par l’ancien conservateur Jean Guillemain en 2004, qui avait notamment intégré dans les fonds de la BU tous les ouvrages de et sur Ramuz. Ensuite, plusieurs enseignant-chercheurs, conservateurs, post-doctorants et doctorants ont œuvré pour archiver et valoriser ce fonds : Éric Lysøe, Peter Schnyder, Tania Collani, Frédéric Desgranges, Enrico Monti, Annie Schaller, Sandrine Bippus.

Le contenu du don Perrochon. Monographies, vignettes et tirés à part, périodiques, almanachs et partitions musicales. La plupart des documents présentent une dédicace par l’auteur, souvent avec un mot personnel à destination d’Henri Perrochon. Les acteurs du projet se sont mis d’accord pour ne traiter que les monographies dans un premier temps.

Quelques chiffres. Environ 1300 monographies, un millier de fascicules et tirés à part, quelques périodiques et autres documents, dont des partitions musicales.

Projets et valorization. Catalogage. Le projet de catalogage sera étalé sur une année. La section Lettres intègre habituellement entre 2000 et 2500 ouvrages par an dans ses fonds. L’apport d’environ 700 monographies représente un surplus de travail non négligeable. Il est donc prévu d’établir un calendrier de réalisation, afin d’étaler le traitement du don sur une année universitaire. Le catalogage du don Perrochon fait partie des objectifs fixés aux bibliothécaires de la section Lettres (évaluation 2009). Des pistes pour la valorisation. Journée d’étude Henri Perrochon — des personnalités du monde de l’édition, universitaire et diplomatique seront invitées à participer à une ou plusieurs tables rondes pour faire le point sur la figure polyédrique de Perrochon. Base de données présentant l’ensemble des dédicaces contenues dans les ouvrages du don Perrochon — dans la ligne des bases de données présentées dernièrement par l’UHA, ce projet veut éviter la dispersion d’un patrimoine si riche. L’ensemble des données permettra par la suite de rédiger des études quantitatives et qualitatives sur le paratexte de la dédicace. Soutien des articles, essais, mémoires sur le don Perrochon et l’activité de critique littéraire. Une exposition sur Henri Perrochon avec la participation des étudiants des études helvétiques — cette initiative devrait permettre la présentation de monographies et l’engagement des étudiants dans la réalisation de panneaux explicatifs, etc.

Fonds de Littérature Suisse Romande 

Création, grâce à un important don de Peter Schnyder, professeur émérite à l’Université de Haute-Alsace et fondateur des Études Helvétiques de notre université, d’un fond très consistant d’œuvres d’auteurs suisses romands et d’œuvres publiées en Suisse romande.

 

Projets de recherche

PIR La Suisse plurilingue — lectures et littératures (2018) porté par Martina Della Casa

Fort des travaux déjà faits dans les années passées dans le cadre du DU en « Études Helvétiques », le projet La Suisse plurilingue — lectures et littératures, porté par Martina Della Casa, a obtenu un financement de la part de l’UHA (dans le cadre de l’appel PIR – Projets Innovants et Risqués 2018). Le but du projet est de constituer au sein de notre université un groupe de recherche sur la littérature suisse et sur le plurilinguisme chez les écrivains suisses, groupe qui soit composé de spécialistes couvrant plusieurs disciplines (littérature, linguistique, traductologie) et les trois langues officielles de la Suisse (français, allemand et italien).

Selon une optique pluridisciplinaire, le projet sera axé sur les problématiques suivantes :

  • imaginaires des langues et des cultures (comment sont perçues les langues employées et les cultures qu’y sont intrinsèquement liées ?) et imaginaire du plurilinguisme (l’individu plurilingue, comment perçoit-il le fait d’être plurilingue ?)
  • apprentissage et la pratique du plurilinguisme (comment on devient plurilingues et en quoi consiste ce plurilinguisme ? Comment écrit-on en plusieurs langues ?)
  • plurilinguisme et identité nationale ou européenne (l’individu plurilingue, comment se perçoit-il face à la communauté nationale et à celle européenne ?)

Outre ce projet, des recherches sur la Suisse romande et la Suisse italienne sont menées aussi au niveau du Doctorat et de Master.

Les Prix de l’APEFS

Depuis 2015, l’APEFS (Association pour la Promotion des échanges et études franco-suisse) a décidé de décerner des prix aux étudiants inscrits en Lettres et en Master CLE, Cultures Littéraires Européennes, qui se voueraient à une recherche centrée sur des sujets helvétiques.

Caroline Werlé (étudiante du Master en Lettres) a reçu en 2017 le prix APEFS pour la préparation de son mémoire sur L’enfance chez Ramuz (dir. Tania Collani).

Clémence Bauer (doctorante en Études italiennes) a reçu en 2016 le prix APEFS pour la préparation de sa thèse sur la littérature suisse italienne de la dernière génération (dir. Tania Collani).

Federica Remondi (étudiante du Master Erasmus Mundus CLE) a reçu en 2015 le prix APEFS pour le travail sur son mémoire de Master sur Le roman policier en Suisse alémanique : la dénonciation sociale dans Wachtmeister Studer de Friedrich Glauser, vers une comparaison avec Das Versprechen de Friedrich Dürrenmatt (dir. Peter Schnyder).

Les Études Helvétiques de l’UHA peuvent s’appuyer sur de nombreux partenaires appartenant à la recherche et à la société civile. Sans leur contribution, le rayonnement de ses actions et son rayonnement en seraient sûrement touchés.

L’ILLE, Institut de recherche en langues et littératures européennes (EA 4363) est un laboratoire interdisciplinaire dont la situation géographique a orienté les recherches ; il étudie l’émergence d’une identité européenne à travers les transferts et échanges qui se sont multipliés au cours des siècles en Europe, et plus particulièrement dans l’espace rhénan élargi à l’ensemble de l’axe Rhône-Rhin (Italie, Suisse, Autriche, Allemagne, Belgique et France).

L’APEFS, Association pour la promotion des Échanges et des Études Franco-Suisses, fondée en 1980 (Jacques-Henry Gros en a été le premier président), a pour but de : promouvoir une meilleure connaissance réciproque des communautés voisines, française et suisse ; développer l’information mutuelle sur les structures politiques, sociales, économiques et juridiques des deux pays, entre autres par la promotion d’études franco-suisses au sein de l’Université de Haute-Alsace ; favoriser d’une manière générale les échanges bilatéraux dans le domaine culturel.

Le Consulat Général de Suisse à Strasbourg est très actif au niveau culturel et apporte son soutien à un nombre important de manifestations liées à la Suisse.

La Bibliothèque Municipale de Mulhouse collabore activement avec les Études Helvétiques de l’UHA depuis octobre 2011, lorsqu’elle décide d’accueillir régulièrement les manifestations culturelles ancrées sur la littérature et la culture suisse, en permettant l’accès de ces manifestations à un public plus large.

La Fondation ProHelvetia contribue aux différentes manifestations, en nourrissant régulièrement le fonds libraire helvétique de l’Université de Haute-Alsace.

L’Université de Fribourg (CH), avec qui l’UHA a établi un projet d’échange basé sur les Études Helvétiques en 2017.

Des formations de la FLSH, Faculté des Lettres, Langues et Sciences Humaines de l’UHA sont particulièrement actives dans l’intégration des activités des Études Helvétiques au sein de leurs parcours pédagogiques : le Master en Cultures Littéraires Européennes (CLE, label Erasmus Mundus), la Licence Pro GEPSAC, la Licence Pro Librairie et métiers du livre, le Département des lettres de la FLSH.

 

Tania COLLANI (Responsable)
tania.collani@uha.fr

Martina DELLA CASA
martina.della-casa@uha.fr